بازگشت به صفحه اول مقالات اطلاعيه ها صفحات ويژه روزنه آرشيو شماره هاى قبل سايتهاى ديگر گوناگون - شعر و ادبيات

A l'occasion du 1er mai, Journée Internationale des Travailleurs

le Parti Communiste-Ouvrier d'Iran lance un appel à tous

de se mettre en avant pour l'expropriation des esclavagistes contemporains !

La Journée Internationale des Travailleurs approche alors que le monde est dévoré par le monstre du  Capital et sa crise. On nous dit de consommer moins, de nous serrer la ceinture, de ne pas faire trop de bruit et de leur laisser une chance de relancer l'économie. Ce que les capitalistes, leurs politiciens et leurs idéologues « oublient » de mentionner est que la crise, la pauvreté, l'austérité, le chômage et le fait d'être sans-droits sont tous des créations de la bourgeoisie et de ses États. Ils promettent des nouvelles régulations des marchés et des bourses. En retour, ils nous demandent de compenser les pertes des banques et des géants internationaux esclavagistes de sorte que les taux d'intérêt augmentent à nouveau et que la production reprenne. Ils prétendent que sans les exploiteurs et leurs institutions et états, sans leurs vols et extravagances, sans leurs guerres, nous serions annihilés ! Ils prétendent cela sans vergogne, en effet. Et si nous n'acceptons pas ces mensonges et manifestons notre désaccord, ils nous affrontent avec leur arsenal de gaz lacrymogène, de pistolets taser, avec leurs forces de police, leurs prisons, leurs tribunaux, leurs églises ou mosquées, leurs parlements, leurs politiciens et leurs menteurs professionnels. Or cet arsenal a été créé sur notre dos. Le coût payé pour bâtir et maintenir cet arsenal est plus que suffisant pour éradiquer la faim, les maladies, l'illettrisme, les problèmes de drogue, la prostitution et la destruction de l'environnement à travers le monde.

Aussi longtemps que le pouvoir sera entre les mains des patrons et qu'ils prendront toutes les décisions pour le monde, la situation restera, plus ou moins, la même. S'ils ne brûlent pas le monde entier dans leurs guerres et compétitions, ce qui est le scenario le plus optimiste, ils vont sortir de leur crise en nous imposant un niveau sans précèdent de misère. Ils peuvent céder quelques réformes de peur de nos protestations, mais l'enfer de l'esclavage salarial et la primauté du capital, du profit, du marché, de la crise qui sera suivie d'autres crises, demeurera.

Le 1er mai est la journée pour faire face à ce dilemme avec nos rangs. Cette confrontation doit être, d'abord et avant tout, une confrontation politique. Nous devons viser l'expropriation politique des esclavagistes modernes et prendre notre destin en main. Toutes les revendications traditionnelles du 1er mai, allant de la réduction du temps travail à l'assurance chômage, la sécurité sociale, des salaires décents, la liberté d'organisation et de grève ainsi que les libertés politiques sont cruciales pour nous. Ceci dit, ce 1er mai concerne des questions plus fondamentales. Il s'agit d'une confrontation avec l'État capitaliste lui-même, avec le système d''esclavage salarial et son État. Il faut en finir avec le capitalisme. Le socialisme est la seule réponse viable aux problèmes du monde. Cela est désormais accepté et affirmé par beaucoup. La première étape vers le socialisme, cependant, c'est l'expropriation de la bourgeoisie, c'est-à-dire la conquête du pouvoir politique et la prise du contrôle de la société par les travailleurs et par ceux qui n'ont aucun intérêt à la survie du système d'exploitation. C'est pourquoi la question fondamentale de cette Journée Internationale des Travailleurs est la préparation de tous les travailleurs et des sans-privilèges à déterminer le destin politique de la société, c'est-à-dire leur préparation à la lutte pour l'expropriation de la classe bourgeoise et de tous les voleurs, charlatans et démagogues qui sont responsables de la situation actuelle.

En Iran, le régime islamique du capital est en train de subir une crise économique, politique et sociale grave tous azimuts. Toute amélioration durable de la vie des gens a une précondition objective : le renversement de la domination de la bourgeoisie et l'établissement d'une république socialiste. Le 1er mai est une opportunité pour les travailleurs et tous ceux qui en ont assez du régime islamique du Capital de déclarer leur haine du régime des mollahs milliardaires et de montrer leur volonté farouche de renverser le gouvernement islamique misogyne, liberticide et anti-joie de vivre. Le Parti Communiste Ouvrier, à la tête de la classe ouvrière et de ceux qui sont attachés aux libertés, tentera de transformer le Jour International des Travailleurs, en Iran et à l'étranger, en une journée de réalisations toujours plus importantes pour le camp de la liberté et de l'égalité (le camp de la protection sociale, du bien-être et du socialisme) ainsi qu'en un jour pour accroître l'exposition et l'isolement du régime islamique, préparant ainsi son renversement par la force révolutionnaire des travailleurs et du peuple en général.

 

Vive le 1er mai !

Vive la solidarité des travailleurs à travers le monde !

A bas le capitalisme !

A bas la République Islamique d'Iran

Vive la liberté, l'égalité, le pouvoir des travailleurs !

 

Le Parti Communiste Ouvrier d'Iran

2 avril 2009.


بازگشت به صفحه اول